4

Avez-vous (encore) choisi la mauvaise niche ? 11 signes qui ne trompent pas…

Avouez-le, vous vous êtes déjà posé la question suivante :

Est-ce que la niche choisie pour mon site est la raison pour laquelle je ne fais toujours pas d’argent ?

Parfois, une niche peut sembler bonne car au moment de la choisir vous avez coché les 2 cases suivantes :

  • Bons mots clés : vous avez toute une panoplie de mots clés à concurrence faible ou moyenne, ça sent bon !
  • Vous adorez votre niche, elle vous passionne, donc forcément, c’est bon signe !

Et en effet, à première vue, ça semble pas mal pour se lancer…

Du coup vous avez dépensé du temps, peut-être même de l’argent, pour sûr de l’énergie pour créer du contenu qui fasse venir (revenir ?) les lecteurs et que ceux-ci achètent votre produit.

Sauf qu’aujourd’hui, si vous vous posez la question, c’est que cette niche ne semble plus aussi bonne qu’au début, pas vrai ?

  • Trafic bas (voire inexistant)
  • Pas ou peu de commentaires sur vos articles
  • Pas de tweet ou retweets sur Twitter
  • Aucun like sur Facebook
  • Et le pire, vous commencez à perdre toute motivation…

Du coup, vous vous demandez si ça vaut encore le coup de poursuivre sur ce site.

Faut-il serrer les dents et juste être patient ? Après tout, Google est farceur, tout pourrait décoller d’ici 3 mois, 6 mois… 1 an… ?

Ou devriez-vous juste tout plaquer et retourner comme tout le monde à son 9 to 5 tranquillou et tellement plus rassurant à défaut d’être excitant ? Après tout, vous êtes venu, vous avez vu, vous n’avez pas vaincu. Bon, l’important c’était d’essayer…

veni vidi vici

Si ce passage vous semble familier, c’est simplement que vous manquez de méthodologie. Et je peux vous donner les clés pour ne plus reproduire les erreurs qui vous ont amené à cette situation désagréable. 

Mais avant ça, il faut comprendre si vraiment votre niche est un problème. Des fois c’est assez flagrant, des fois un peu moins. Des fois, il suffit en fait d’un petit coup de main de quelqu’un d’extérieur pour identifier ce qu’on a fait de travers.

Alors commençons par jeter un oeil aux 11 signaux les plus communs qui devraient vous alerter que vous avez choisi la mauvaise niche !

Reconnaissez-vous l’un de ces signaux d’alerte ?

Signal #1 : Personne (ou presque) ne commente vos articles

Vous ne créez de connection avec personne. Vous ne dites rien à quoi les gens pourraient s’identifier. Vous n’écrivez rien de neuf ou qui challenge les pensées actuelles. Résultat personne n’a rien à dire sur votre contenu.

Signal 1 : personne ne commente mon blogA défaut de critiquer, dire qu’ils n’ont rien appris, vos lecteurs gardent juste le silence.

Et ce n’est pas forcément mieux, car du coup c’est facile de passer à côté !

Pour gagner de l’argent, voilà ce que vos lecteurs doivent se dire :

  • Wow! C’est justement ce à quoi je pensais. Il faut que j’en sache plus !
  • Excellent, c’est ce dont j’avais besoin pour avancer !
  • Ok, j’ai jamais vu ça avant. Enorme !

Si vous n’arrivez pas à engager autour de votre contenu, c’est peut-être tout simplement que vous n’avez rien à apporter dans cette niche. Et que par conséquent, vous ne devriez pas être là…

Signal #2 : Personne ne partage votre contenu sur Facebook ou Twitter

C’est un signe certain que personne ne partage votre « amour » pour la niche que vous avez choisi. C’est à dire que rien de ce que vous écrivez ne les intéresse ou les marque assez pour leur donner envie de le partager.

Vous êtes limite chanceux qu’il n’existe pas un bouton « J’aime pas » sur Facebook, sinon c’est probablement celui qu’ils utiliseraient…

signal 2 - personne ne partage mes articles sur facebook

Ils ont déjà lu et relu ce que vous écrivez. Vous ne sortez pas du lot. Vous ne les excitez pas. Bref, vous passez à côté.

Signal #3: Vous vous focalisez sur la mauvaise chose

Pour avoir du succès dans une niche, vous devez vous focalisez sur que vos lecteurs veulent réellement. Pas ce que vous pensez qu’ils veulent. Ensuite, il faut leur délivrer tout ça.

Beaucoup de bloggers se lancent avec le mauvais angle d’attaque. Ils se focalisent sur la question « Est-ce que je vais gagner de l’argent ? ». 

Sauf que vous devriez d’abord vous poser la question suivante :

Comment puis-je fournir assez à mes lecteurs pour qu’ils se sentent si excités par mon contenu qu’ils aient envie de continuer à le lire, partager mon contenu et acheter mes produits ?

En répondant à un BESOIN, et en produisant du contenu qui apporte de la valeur ajoutée à vos lecteurs, vous les séduirez. En vous focalisant sur vous, et l’argent que vous pourriez faire dans telle ou telle niche, vous passez à côté de ce dont ceux qui ont l’argent à dépenser ont envie / besoin !

Signal #4 : Vous avez choisi votre niche uniquement parce que vous étiez passionné par celle-ci

Ok, il est temps que ça sorte :

NON, le conseil « Suivez votre passion, tout ira bien » fourni par bon nombre de soit disant gourous d’internet n’est PAS un conseil destiné à vous aider à réussir. Au contraire…

Signal 4 - vous ne vous focalisez pas sur ce que vos lecteurs veulent

Non, Non, NON !!!!

Ce conseil induit en erreur. Ce n’est pas pas parce que vous êtes passionné par quelque chose que vous êtes capable d’écrire à ce sujet, et ce n’est pas parce que vous avez une passion que celle-ci peut devenir un business profitable sur Internet !

Blogger sur une passion aide. Certainement. Sur le long terme. Mais ce ne doit pas être l’ingrédient magique de votre potion…

Signal #5 : Vous avez choisi cette niche car elle semblait très rentable

Pas de honte à ça !

Après tout, c’est pour ça qu’on blogue non ? Pour gagner de l’argent !

Signal 5 - vous ne faites ça que pour l'argen

Mais la vérité est qu’il est quasiment impossible de construire un business à succès sur Internet sans « connecter » avec ses visiteurs, sans savoir ce qu’ils veulent, sans faire l’effort d’adapter ce que l’on produit à la demande de nos lecteurs.

Vos lecteurs veulent des résultats. Pouvez-vous leur donner ces résultats ? C’est tout ce qu’ils veulent savoir. Si c’est le cas, génial ! Ils vont lire, relire, partager votre blog. Et même acheter vos produits. Sinon… Ils iront voir ailleurs.

Chez quelqu’un qui fera la même chose que vous, bloguer pour gagner de l’argent, mais qui prendra le temps d’écouter ses lecteurs pour leur donner ce dont ils ont besoin. Pas juste poster des articles insipides écrits pour Google et n’apportant aucune vraie valeur à ceux qui les lisent.

Signal #6: Vous ne vous êtes basé QUE sur une recherche de mots clés pour choisir votre niche

Je vous arrête tout de suite. OUI, la recherche de mots clés DOIT faire partie de votre travail d’analyse.

Mais NON, la recherche de mots clés ne DOIT PAS être la raison du choix d’une niche. Avant d’arriver à la phase « mots clés », il convient déjà de se poser les bonnes questions sur la niche en général. Les mots clés sont un ingrédients dans la recette du succès d’un blog. Mais pas l’ingrédient principal !

Si vous ne vous focalisez pas sur la bonne audience, la création et la promotion d’un contenu extraordinaire, toutes les analyses de mot clé du monde ne feront pas de votre site un site à succès.

Et les dernières update de l’algorithme Google ne font que confirmer cette volonté de Google de ne pas tout miser sur les mots clés, mais bien d’accorder des « points bonus » aux sites apportant une vraie valeur ajoutée à leurs lecteurs.

Des sites gérés par des gens qui auront compris à qui ils s’adressent, et ce dont leur audience a besoin 🙂

Signal #7 : Vous n’avez aucun bouquin à propos de votre niche sur votre table de nuit

“If you don’t have time to read, you don’t have the time (or the tools) to write. Simple as that.” ― Stephen King 

Combien de livres parlant de votre niche avez-vous chez vous ?

Signal 6 - vous n'avez aucun livre sur votre niche

Si la réponse est « Aucun », c’est que cette niche ne doit pas assez vous intéresser !

Un blogger comme Jean Rivière passe 80% de son temps à lire sur les sujets qu’il traitera plus tard au sein de ses formations. Plus il lit, plus il a d’idées, d’expertise, et de compréhension de sa niche. Et donc de chances de satisfaire les besoins de son audience.

Avant d’écrire un article, ou de lancer une niche, je suis capable de lire des dizaines d’articles sur une thématique afin de m’imprégner des problématiques liées à celle-ci. C’est la clé.

Si vous n’avez pas le temps ou l’envie de lire sur un sujet, vous n’en deviendrez jamais une référence !

Astuce : pas le temps de lire, mais l’envie de vous y mettre ? Essayez les audio-books. Parfait pour une écoute en voiture, en courant, en cuisinant… Bref, pour intégrer la « lecture » dans vos activités du quotidien sans prendre plus de temps.

Signal #8 : Personne ne dépense d’argent dans votre niche

Personne ne dépense d'argent dans ma niche

3 façon de vérifier si les gens dépensent :

  • Vos concurrents ont tous leur propre produit (en vente sur leur site)
  • Ces mêmes bloggers sont capables de parler de leur produit mais AUSSI de leurs clients
  • Enfin, ces bloggers font des lancements réguliers sous forme d’offre promo, webinars, etc… pour vendre leurs produits

Si aucun de ces 3 éléments ne vous a marqué, c’est peut-être tout simplement qu’il n’y a pas d’argent à gagner dans cette niche… Ne faites pas l’erreur de vous lancer dans une niche comme celle-ci.

Signal #9 : Vous ne trouvez rien à dire de neuf sur votre niche

Vous devriez regorger de nouvelles idées. Ou au moins avoir un avis à lancer sur des problématiques déjà existantes. Bref, vous devriez toujours avoir quelque chose à dire dans votre niche !

Rien à dire ?

Si c’est le calme plat, pour pas dire le vide intersidéral dans votre tête quand vous pensez aux prochains sujets que vous pourriez aborder sur votre site, commencez par jeter un oeil à cet article. Et si ça n’avance toujours pas… Vous avez sûrement juste choisi la mauvaise niche !

Signal #10 : Vous cherchez la plupart de vos idées d’article sur des blogs concurrents…

Non, non et non ! Lire les blogs dans sa niche c’est important. Nécessaire même. Mais NON, la lecture de ces sites ne doit pas être votre source numéro un d’inspiration quand il s’agit de créer de nouveau contenu ! Si vous faites ça, vous n’allez que réécrire du contenu déjà écrit par d’autres.

Pour peu qu’en plus vous n’y ajoutiez rien de personnel, et dites moi pourquoi un lecteur viendrait vous lire chez vous ce qu’il a déjà lu (ou pourrait lire) sur des dizaines d’autres blogs ayant suivi la même stratégie de mouton ?

Signal #11 : Vous ne voyez pas quoi offrir gratuitement à vos visiteurs pour les inciter à s’inscrire à votre mailing liste

Pourtant, ça devrait couler de source. Si vous connaissez votre audience, ses besoins, alors trouver un truc à leur donner ne devrait absolument pas poser de problème.

Ask - Ryan Lesvesque

Vous ne connaissez pas votre audience ? Lisez ce bouquin. Sérieusement !

Si c’est le cas, c’est qu’encore une fois, vous êtes à côté de la plaque. Vous ne savez pas ce dont ils ont envie / besoin, et ne pourrez donc sûrement jamais leur donner envie d’acheter quoi que ce soit venant de votre site.

Vous êtes-vous reconnu dans un (ou plusieurs) de ces signaux d’alerte ?

Si la réponse est oui, devriez-vous abandonner ? NON. Certainement pas. Ces signaux d’alerte existent pour… vous alerter !

Vous pousser à vous réveiller et à changer de stratégie. Dans certains cas, il est même possible de sauver votre blog actuel, simplement en vous re-focalisant sur votre audience, en changeant de stratégie de création de contenu, etc… `

Dans d’autres malheureusement, la niche n’est juste PAS la bonne. Et il vaudrait mieux partir sur une nouvelle plutôt que de persévérer dans quelque chose qui ne vous convient pas.

Mais qui dit nouvelle niche, dit nouvelles difficultés. Car savoir reconnaître quand on a mal choisi sa niche est une chose, savoir comment en choisir une bonne en est une autre !

Et si l’idée de lancer un premier site (ou un nouveau site) vous intéresse, mais que cette étape cruciale qu’est la sélection d’une niche vous effraie, ou simplement vous empêche d’avancer comme vous le souhaiteriez, la suite de cet article devrait vous intéresser.

Valider la profitabilité d’une niche en 2 questions

Non bien entendu, il n’y a pas QUE 2 questions pour couvrir l’intégralité des éléments qu’il est possible d’analyser avant de sélectionner une niche.

Mais il y en a 2 qui jouent un rôle de filtre dirons-nous. 2 questions auxquelles un seul NON devrait directement vous alerter sur la viabilité de la niche que vous êtes entrain d’analyser.

Alors quelles sont ces 2 questions.

La première, c’est de vous demander si la niche que vous étudiez est MONETISABLE.

La seconde, c’est de d’étudier la TAILLE de la niche.

Votre niche est-elle monétisable ?

Une niche qui ne peut pas vous rapporter d’argent n’a aucun intérêt.

Mais attention, ce n’est pas parce qu’il y a de l’argent dans cette niche, que VOUS pouvez en bénéficier. C’est pour cela que vous devez vous poser les questions suivantes afin de répondre à la question principale :

  • Les gens achètent-ils dans cette niche ?

Achètent-ils, et achètent-ils sur Internet !

Si votre niche est purement informative (recettes ?), votre audience risque d’être très limitée en termes de comportement d’achat. Vos options de monétisation seront donc très réduites.

La majorité des sites de recettes gagnent aujourd’hui de l’argent grâce à des partenariats publicitaires. Pour obtenir ces partenariats, il faut générer des millions de pages vues par mois ! Et si ces sites optent pour cette méthode, c’est que le reste ne fonctionne pas ou peu… Il est à priori difficile de vendre des livres de recette sur un site… de recette 🙂

Pensez donc à la finalité de la recherche de vos visiteurs. Vous devez vous lancer sur une niche où vous pouvez répondre à cette recherche avec un produit potentiellement payant, et pas que de l’information gratuite.

Et dans le cas où vous auriez trouvé une niche avec une audience acheteuse, demandez-vous en plus si l’acte d’achat se fait réellement via Internet. Certaines niches ont le chic pour attirer les curieux, mais ne jamais convertir. Soit parce que l’achat en ligne du produit en question n’est pas encore « accepté » par l’audience, soit parce que celui-ci nécessite d’être « vu » pour réellement convertir (cuisines, frigo, etc…).

Posez-vous la question, mais posez-là aussi autour de vous.

Achèteriez-vous ce produit via Internet, ou iriez-vous conclure en magasin l’acte d’achat après avoir longuement recherché des infos sur le sujet sur Internet ?

  • De combien d’option de monétisation disposez-vous dans cette niche ?

Question plus large que la première.

Pour étudier le vrai potentiel de monétisation d’une niche, vous devez savoir de combien d’option de monétisations vous disposez dans celle-ci.

Affiliation, produit propre, publicité, consulting… Mais aussi nombre de produits présents dans la niche.

Plus il y a de produits à vendre dans la thématique, et plus il y a de façon de les vendre (en direct ou non), plus vous aurez d’options dans le futur pour trouver le BON modèle de monétisation de votre site.

  • Quel type de produit ?

Les produits qui se vendent dans cette niche sont-ils physiques ou numériques ? Pourriez-vous créer votre propre produit ou non ? Et si ce n’est pas le cas, existe-t-il des programmes d’affiliation permettant de vendre les produits existants ?

Si vous ne pouvez pas créer votre propre produit, et qu’il n’existe pas de programme vous permettant de vendre ceux de quelqu’un d’autre, vos seules options de monétisation seront liées à l’affichage de publicité. Limité, et risqué…

  • Panier moyen ?

Combien coûtent les produits dans votre niche, et combien pourrez-vous toucher dessus ?

Si vous créez votre propre produit, vous pourrez toucher entre 50 et 100% du chiffre d’affaire (selon vos frais de production, ou les dépenses de promotion telles qu’affiliation, achat de trafic, etc).

Si vous vendez le produit de quelqu’un d’autre, vous toucherez plus probablement entre 3-4 et 50% selon la niche et selon le partenaire. 3-4% étant par exemple le taux minimum payé par Amazon…

A 3-4% de commission, il va vous falloir soit un produit TRES cher, soit un GROS volume de ventes pour gagner des revenus corrects…

Prenez-le en compte au moment de choisir votre niche, car en fonction du panier moyen que vous pourrez générer par client, vous pourrez estimer le volume de visiteurs / clients dont vous aurez besoin pour réaliser le chiffre d’affaire que vous vous êtes fixé.

  • Achat récurrent ou non ?

Celui-ci est un indicateur intéressant pour évaluer le revenu que vous pourriez générer par client sur le long terme.

C’est surtout intéressant si vous vendez votre propre produit, car malheureusement encore trop peu de programmes d’affiliation proposent des commissions récurrentes (au renouvellement, ou aux achats suivants).

Mais il y a quelques perles, et si votre niche touche une thématique dans laquelle les visiteurs ont tendance à acheter, et racheter les produits, c’est un excellent signe, car il est plus facile de fidéliser un client que d’en acquérir un nouveau !

Quelle est la taille de votre niche ?

Dans certains cas, la taille compte vraiment 🙂 .

Mais pour être « idéale », une niche ne doit être ni trop large, ni trop étroite.

Et là encore, pour évaluer la taille d’une niche et se rendre compte si celle-ci convient, il y a quelques questions complémentaires à se poser :

  • Combien de mots clés ?

La seconde étape après la sélection d’une niche consistera à analyser les mots clés, pour définir sur lesquels vous pourriez vous positionner.

Mais avant ça, il est intéressant, au stade de l’analyse de la niche, d’évaluer le volume potentiel de mots clés que vous pourriez couvrir dans le futur. 

Concrètement, vous cherchez une niche qui disposerait d’un maximum de mots clés potentiels, mais si possible surtout de mots clés avec forte intention d’achat, de noms de produits, ou encore incluant des notions d’urgence.

Pas besoin d’analyser en détails les mots clés, mais si vous avez un peu d’expérience, profitez-en pour rapidement jeter un oeil à votre liste et vous rendre compte s’il s’agit majoritairement de mots clés de tête, de corps, ou de longue traîne.

L’idéal étant d’avoir un bon ration corps / longue traîne, car les mots clés de tête ne nous aideront pas beaucoup (trop concurrentiels et peu de conversion).

  • Y-a-t-il des groupes Facebook ou forums dans la thématique ?

L’existence même de groupes Facebook ou de forums dans votre niche est la preuve qu’il existe des bassins d’audience.

Et en plus d’être de futures sources de trafic (vous pourrez y parler de votre contenu, y demander des avis, y recruter des testeurs pour vos produits, etc), ce type de groupe est une EXCELLENTE source d’inspiration pour votre contenu.

C’est là que vous trouverez les meilleurs sujets en analysant les billets les plus actifs, ou en listant les questions les plus posées.

Et pour revenir à la notion de taille, l’activité des groupes / forums pourra vous donner une idée du degré d’engagement des utilisateurs, mais aussi de leur profil (et donc de leur nombre par extrapolation sur un marché donné).

  • Qui sont mes concurrents ?

Avoir des concurrents, c’est BIEN !

Si vous n’en avez aucun, soit vous êtes très tôt sur un marché (tant mieux, vous avez peut-être flairé le bon filon !). Soit… il n’y a pas d’argent à faire, et vos « concurrents » l’ont déjà compris…

Dans ce dernier cas, à moins de révolutionner la niche, je vous conseille de passer votre tour plutôt que de foncer dans le mur.

Savoir qui sont vos concurrents est donc un avantage afin de pouvoir analyser leur audience, leur trafic, les mots clés qu’ils couvrent, le type de contenu qu’ils proposent, les produits qu’ils vendent, etc…

Analyser vos concurrents vous permettra aussi de définir votre capacité à vous différencier d’eux, à valider ce que vous pourriez apporter EN PLUS à une audience donnée.

N’ayez donc pas peur de vos concurrents. Utilisez-les !

  • Puis-je devenir une autorité sur la niche ?

Enfin, cette analyse concurrentielle va vous permettre de réaliser si vous pourriez ou non devenir une référence sur la niche ciblée.

Etre une référence apporte toute sorte d’avantages : crédibilité, visibilité, donc backlinks plus faciles, opportunités, etc…

Ce n’est pas une obligation, mais un PLUS intéressant.

Le fait d’être capable d’évaluer votre position probable vous permettra aussi dévaluer les ressources à déployer pour atteindre celle-ci.

Si une position d’autorité n’est pas jouable, il faudra alors évaluer les failles sur la niche en question, quitte à revoir votre « coverture » et recentrer votre focus sur un segment de cette niche sur laquelle décèleriez des manques à combler (en termes d’information, de produits, etc…).

Alors ?

 

Bonne ou pas bonne cette niche ?

Quelle que soit la réponse, sachez que cette étape est primordiale. Si votre niche n’est pas porteuse, la suite ne sera qu’un looooong calvaire à vous débattre pour gagner de l’argent. Alors prenez le temps de faire ce travail (certes un peu fastidieux, mais tellement utile) d’analyse en amont, et vous partirez sur de bonnes bases 🙂 .

Click Here to Leave a Comment Below 4 comments