12

Sobrement intitulé : on repart de l’avant !

Près d’un mois que je n’avais pas publié. Pas par manque de sujets à aborder, ni par manque d’envie, mais car je n’arrivais pas à tout faire. Entre le lancement de mon premier produit, la reprise des tests sur mon étude de cas publique, les problèmes de référencement d’un de mes sites clés et la toute première version de LaunchFeed, le calendrier s’est d’un coup retrouvé… assez surchargé !

Et pour arriver à faire chaque chose non pas BIEN, mais de façon vraiment OPTIMALE, il m’a fallu faire des choix. J’ai donc choisi, pour une durée de quelques semaines, de suspendre la création de nouveau contenu, le temps de finaliser ce qui me permet aujourd’hui de vivre et de réfléchir à comment faire pour MIEUX faire tout ce que j’avais… à faire.

Le lancement de K-Analyzer est désormais derrière moi, j’ai lancé plusieurs phases d’améliorations sur plusieurs de mes sites afin de retrouver les positions perdues, et je peux donc désormais me replonger dans la production de contenu pour ce blog 🙂 .

Et le message du jour est en fait une conclusion de ces 3 semaines tête dans le guidon : testez, testez, testez. N’arrêtez jamais, ou vous risquez de tout perdre. Voire même encore pire, de ne rien apprendre !

La claque

Je l’ai mentionné plus haut, ces dernières semaines ont été assez difficiles notamment avec l’un de mes sites principaux. Ces difficultés avaient d’ailleurs été pointées dans mes derniers rapports mensuels, avec des hauts et des bas assez durs à expliquer.

Après plusieurs semaines à creuser, j’ai finalement eu la confirmation de ce que je craignais : le trafic est à nouveau à la baisse, mais surtout mes positions sur plusieurs mots clés très qualifiés (et qui permettaient donc de maintenir mon chiffre d’affaire) ont bien chuté. Résultat : près de 50% de revenu en moins sur ce site seul. Et un impact considérable sur mon bénéfice global, comme vous le verrez dans un prochain rapport d’activité.

Alors la première chose qui vient en tête c’est de cracher sur Google. De se dire que vraiment c’est l’enfer de jamais savoir ce qui peut fonctionner ou pas, qu’on risque tous les jours de subir de plein fouet un changement d’algorithme. Mais ce serait se fourvoyer, et rejeter ses propres responsabilités.

Cette chute elle n’est pas soudaine. Comme je l’ai dit, elle a démarré il y a plusieurs mois. Mais parce qu’elle n’a pas directement touché mes « money keywords », elle est passé assez inaperçue au début. Et quand j’ai commencé à m’en inquiéter, tout est reparti à la hausse. Avant de s’effondrer ce mois-ci…

Forcément, une mauvaise nouvelle ne tombe JAMAIS au bon moment. Ce serait trop simple. Donc forcément, elle est tombée alors que j’étais en pleine bourre pour enfin finaliser le produit sur lequel je travaillais depuis plusieurs semaines sans arriver à le finaliser (la faute encore une fois à trop de choses gérées en même temps).

Mais quand la mauvaise nouvelle tombe, il n’y a que 2 choses possibles :

  • Se dire que c’est pas de bol, s’énerver, insulter la planète entière, et… continuer faire des choses moyennes.
  • Encaisser, comprendre ce qu’on a foiré, et réfléchir à comment 1) rattraper ça au mieux, 2) éviter que ça se reproduise.

J’ai opté pour la seconde solution : assumer une chose qui peut faire mal à avouer, je me suis trop reposé sur mes lauriers.

Prise de conscience

Ce site, c’est mon tout premier projet, le premier que j’ai créé quand j’ai démarré dans les sites de niche. Et depuis son lancement, il y a plus de 2 ans, il a toujours connu une croissance naturelle, sans trop forcer, passant de 0 à 500€ par mois en 6 mois, puis à 1000€ en 1 an avant de se stabiliser tranquillement autour de 1500€ par mois, en automatique.

Une belle performance pour un site sur lequel j’aurai en tout et pour tout dépensé moins de 200 euros en termes de contenu (j’avais à l’époque rédigé une grande partie des articles moi même).

Oui, j’avais très bien sélectionné ma niche et mes mots clés. Oui j’avais créé un contenu plutôt sympa (pas si solide que ça en réalité, mais à l’époque ça avait suffit). Oui j’avais fait un peu de linkbuilding (pas toujours très propre à l’époque, mais encore une fois ça suffisait pré-pingouin ou pré-panda). Et au final, tout avait parfaitement bien fonctionné. 2 ans sans toucher ou presque à ce site, 2 ans à encaisser des revenus à la hausse chaque mois sans avoir à faire quoi que ce soit.

Sauf qu’en 2 ans, si mon site n’a pas changé, Google lui a bien évolué. Et ce qui était à l’époque un site relativement solide, avec des positions extrêmement fortes sur plusieurs dizaines de mots clés n’est aujourd’hui qu’un site assez banal qui végète pour la plupart de ces mêmes mots clés en 3ème, 4ème page, voire parfois au-delà…

Satisfait du travail effectué à l’époque, je me suis reposé sur mes lauriers. J’ai laissé vivre ce site, j’ai encaissé chaque chèque qu’il me rapportait avec un grand sourire, et à aucun moment je ne me suis dit qu’il serait intéressant de le faire évoluer.

Cette claque soudaine a eu le mérite de me faire redescendre sur terre, et de réaliser que NON, tout n’était pas acquis. Et que pour maintenir mon business à flot, et le faire croître à la hauteur de mes attentes, il fallait un peu plus se bouger. Qu’il ne fallait pas croire que la bataille contre Google était gagnée parce qu’un site avait bien fonctionné pendant 2 ans. Qu’il ne fallait pas croire que parce j’avais la formule exacte entre les mains pour ranker tous mes futurs projets parce que j’avais réussi à le faire jusqu’à présent.

Ce constat, il n’a fait qu’être renforcé par le semi-échec de mon étude de cas. Vous l’avez suivi, même si le site a doucement mais sûrement vu son trafic augmenter, 6 mois après son lancement, on est toujours loin des $500 de revenu mensuels que je visais avec. Et là aussi, je ne peux m’en prendre qu’à moi même. A vouloir faire trop de choses, j’en ai oublié les bases : tester. Ne jamais arrêter de tester pour continuer à apprendre et à faire évoluer ses stratégies pour rester au top.

What’s next?

Alors après la publication de mon dernier rapport, et quand dans la foulée j’ai eu la confirmation de la dégringolade, j’ai décidé qu’il fallait tout reprendre à zéro. J’entends par là remettre tout à plat, lister mes projets, et réfléchir à ce qui comptait vraiment. Mais surtout, revenir à certaines bases critiques, en allant remettre moi-même les mains dans le cambouis pour tester un maximum de choses et me « remettre » à niveau si on peut dire ça comme ça.

Ces dernières semaines ont donc été bien intenses. Certes il y a eu le lancement, mais j’ai surtout passé du temps à décortiquer mes projets actuels pour comprendre ce que j’avais fait de travers. Et trouver des solutions ! Et c’est ce que j’ai fait. Non tout n’est pas réglé et il va encore falloir plusieurs semaines de tests pour vérifier toutes mes hypothèses, mais oui il y a eu des améliorations.

En 3 semaines (de tests), j’ai ainsi :

  • Lancé un produit pour la première fois sur ce blog (analyse à venir d’ici 2 ou 3 semaines)
  • Multiplié par 4 le trafic sur le site pourmonchien.fr (oui, je partagerai tout ce que j’ai testé sur le site ces derniers semaines)
  • Multiplié par 40 le chiffre d’affaire (très bas toujours) du même site
  • Boosté mes positions sur plusieurs dizaines de mots clés répartis sur 4 sites
  • Et surtout appris pleins de choses et retrouvé une vraie motivation 🙂

Reçois par email toutes les améliorations effectuées pour relancer mon activité !

Et cela ne devrait pas ralentir puisque d’ici quelques jours je vais accueillir mon premier stagiaire, Guillaume, qui va m’aider à avancer plusieurs de ces projets. Une expérience nouvelle encore une fois.

Je partagerai bien entendu au fil des prochaines semaines tous les tests démarrés avec les résultats qui en ont découleront. Mais la leçon à tirer de ces quelques semaines difficiles, c’est qu’elles m’ont au final permis de relancer une dynamique que j’avais un peu perdu, qui est celle de sans arrêt lancer des expérimentations.

Après tout, c’est aussi pour cela que j’ai lancé ce blog, pour partager avec vous mes tests dans différents domaines : SEO, monétisation, social media… Et c’est ce que j’ai fait jusqu’à présent, vous parler aussi bien de mes réussites que de mes échecs. Et bien celui-ci est un assez gros pour le coup (d’échec) 🙂 . Alors autant le prendre comme une leçon !

Car tester c’est apprendre. Que le test soit une réussite ou un échec, on peut en apprendre quelque chose. Et c’est ce qui a le plus de valeur. Un échec aura le mérite de ne pas être reproduit, alors qu’une réussite pourra être dupliquée sur tout un réseau de site et potentiellement avoir des effets très importants sur un business.

Comme quoi, de temps en temps, une bonne remise en question ne fait pas de mal, qu’en dites-vous ? Etes-vous déjà passé par là ? Est-ce que les claques prises vous ont plutôt découragées ou ont-elles eu un effet positif sur votre dynamique ?

A très vite !

Click Here to Leave a Comment Below 12 comments