40

Comment monter un site qui rapporte dans la niche pharmaceutique ?

Edité le 2 novembre 2015 suite à la fermeture de HealthTrader.
Nouveau Partenaire : Treated.com

Ce n’est un secret pour personne, la plupart de mes sites à « succès » ont été montés dans une niche bien particulière : la niche pharmaceutique. C’est dans cette niche que j’ai lancé mes tous premiers sites en 2012, et même si depuis quelques mois j’essaie de varier mes niches afin de ne pas (plus !) en être dépendant, c’est toujours celle-ci qui me rapporte le plus à ce jour.

Depuis la fermeture dans plusieurs pays d’Europe (dont la France) de mon ancien partenaire HealthTrader, je travaille désormais avec son concurrent, Treated (lien affilié).  Et depuis que je partage mes gains avec ces plateformes dans mes rapports, près d’une vingtaine d’entre vous se sont inscrits sur celles-ci.

Comment je le sais ? Car le lien posté est un lien affilié, c’est à dire que chaque inscription est « associée » à mon compte, me permettant ainsi de savoir combien de personnes ont créé un compte affilié sur la plateforme.

sous affiliés healthtrader

Le bénéfice pour moi ? Il est assez faible, Treated me reverse 2%du chiffre d’affaire généré par mes « filleuls ». Pas de quoi sauter au plafond, mais c’est toujours ça de pris après tout quand on construit ses revenus « passifs » !

Vous l’aurez cependant noté comme moi, le total des commandes pour le mois en cours en provenance de sous affiliés est égal à 0. Il passera sûrement entre 5 et 10 d’ici la fin du mois au moment des validations de ventes, mais que ce soit 0, 5 ou 10, le fait est que c’est assez faible, et que seul 1 ou 2 de mes « filleuls » sont à ce jour actifs.

C’est à dire ont lancé un site et réalisé au moins une vente via Treated.

Pourquoi ? Il y a des dizaines de raisons qui peuvent expliquer qu’un sous-affilié ne soit pas actif, mais de par mon expérience, ayant passé plusieurs années à gérer des réseaux d’affiliés et de sous affiliés (notamment dans le domaine de la minceur et du casino), la principale raison qui explique qu’un affilié ne passe pas à l’action après s’être inscrit à une plateforme, c’est qu’il ne sait pas QUOI faire pour démarrer.

Les gains peuvent lui sembler attrayants, l’idée de créer un site peut lui sembler être une super idée, mais une fois face à son back-office, quand il s’agit de passer à l’action, tout peut s’effondrer :

  • Comment vais-je bien pouvoir produire du contenu sur ce sujet je n’y connais rien !
  • Comment fonctionne cette maudite plateforme ?
  • Est-ce vraiment légal de faire ça dans cette niche ?

Autant de questions qui peuvent décourager un affilié de passer à l’action, et qui ont peut-être découragé certains d’entre vous qui se sont inscrits de monter leur site par la suite.

Alors le temps d’un article, je vais me remettre dans la peau d’un responsable affiliation (ouch, un peu rouillé, ça commence à faire un moment !), et faire ce que toute plateforme d’affiliation devrait faire pour ses affiliés : leur donner une solution clé en main pour se lancer !

Mes objectifs via cet article (ce guide !) :

  • Court terme : vous donner les outils qui vous manquent peut-être pour démarrer votre propre site de niche et en faire comme moi une source de revenus passifs potentiellement très intéressante.
  • Moyen terme : faire en sorte que d’ici quelques mois ce ne soient plus 10 ventes sous-affiliés qui s’affichent dans mon rapport mais 30, 50, 100… !
  • Long terme : ouvrir les portes d’un réseau d’affiliés dans la niche pharmaceutique, une sorte de « club » que nous pourrions utiliser à terme pour mettre en place des systèmes de linking élaborés et 100% propres.

Assez parlé, c’est parti pour le guide !

Le cadre légal

C’est une question MAJEURE de la part des affiliés, et plusieurs d’entre vous me l’ont déjà posée : est-il légal de créer un site de niche dans le domaine pharmaceutique en France ?

Pour répondre le plus précisément possible à cette question et ne pas m’aventurer sur un terrain (très) glissant, j’ai décidé d’aller directement à la source, et de poser la question à des experts dans le domaine : des responsables affiliation travaillant dans la niche pharmaceutique. Treated ou ailleurs.

Je suis également allé fouiller les méandres d’internet pour accumuler un maximum d’informations à ce sujet. Et voici ce qui en sort.

Ce que disent les lois :

  • Depuis 2011, et ceci afin de luter contre l’import de médicaments contrefaits, il existe au niveau Européen une réglementation permettant de distinguer les pharmacies légales des pharmacies illégales.
  • Une autre réglementation autorise en Europe le libre échange de marchandises (dont les traitements médicaux) entre les pays membres, à condition que ceux-ci ne constituent pas un danger pour la santé publique.
  • En France, les premières avancées au point de vue légal autorisent la vente dans des cadres très strictes pour les pharmaciens Français. La loi autorise également à ce jour l’achat de médicaments à l’étranger. Leur vente est « simplement » conditionnée à leur autorisation par les autorités sanitaires locales. Par conséquent la loi Européenne qui autorise (sans l’inciter) un citoyen Français à commander ses médicaments dans un autre pays de l’Union Européenne est applicable en France.

CONCLUSION :
A partir du moment où vous travaillez avec une pharmacie légale au niveau Européen, la distribution de ses produits est rendue légale par la loi Européenne sur le libre échange en l’absence de loi locale (française) affirmant le contraire.

Le choix du partenaire (encore du légal)

La loi étant ce qu’elle est, la plupart des plateformes d’affiliation se permettent tout de même de rappeler à leurs affiliés que ceux-ci sont les seuls responsables vis à vis de la promotion des produits mis à disposition sur la plateforme, et que ce sont à eux de connaître les lois de leur pays vis à vis de la vente de médicaments en ligne. Merci les plateformes 🙂 .

Mais derrière ce « on s’en balance, à vous de savoir si ce que vous faites est légal », il est en fait assez facile de savoir si vous êtes dans une position problématique ou pas. Et pour éviter de vous retrouver dans la mouise, il convient donc de choisir le BON partenaire.

Je ne connais pas toutes les pharmacies légales en Europe et ne saurais donc vous proposer une liste, mais travaillant depuis plusieurs années maintenant avec HealthTrader, voici ce qui me permet à ce jour de confirmer la conformité d’une activité avec ce partenaire :

  • Le Royaume-Uni faisant bien partie de l’UE et en l’absence de loi Française sur le sujet, la loi Européenne sur le libre échange s’applique, autorisant les citoyens Français à commander leurs traitements sur les sites du réseau Treated.
  • L’ajout d’une loi sur le sujet en France pourrait bien entendu remettre en question ce principe, mais seul l’apport d’une preuve de danger pour la santé publique pourrait permettre à la France d’annuler l’effet de la loi Européenne. Ceci n’est pas impossible, mais le travail de législation et de contrôle des pharmacies réalisé au Royaume-Uni et qui autorise la société Hexpress à opérer quasiment partout en Europe rend la chose assez improbable.  En effet, une loi à ce sujet serait un peu comme renier la capacité du Royaume-Uni à légiférer et contrôler ses propres sociétés pharmaceutiques…

Bonus : comment reconnaître une pharmacie légale (et donc un programme d’affiliation lié à éviter) ?

Si vous souhaitez explorer les autres opportunités et collaborer avec une autre plateforme d’affiliation, voici quelques astuces pour vérifier la légalité des pharmacies dans votre liste:

  • Les pharmacies en ligne légales requièrent TOUJOURS une prescription valide.
    Par défaut, une pharmacie ne demandant pas au préalable une prescription auprès de ses clients, et promouvant la vente de médicaments « sans ordonnance » est quasiment à coup sûr illégale.
  • Les pharmacies en ligne légales doivent être enregistrées dans leur pays d’origine ET celui du client.
    A part quelques rares exceptions, les pharmacies en ligne se doivent d’être « légales » à la fois dans leur pays mais aussi celui du marché sur lequel elles opèrent. Comme pour l’exemple d’Hexpress plus haut, vous devez normalement pouvoir vérifier le statut de chaque pharmacie auprès d’un registre officiel.
  • Les pharmacies en ligne légales ne vendent pas de médicaments interdits.
    Une pharmacie vous proposant d’acheter des médicaments interdits en Europe par exemple ne saurait être digne de confiance.
  • Les pharmacies en ligne légales se doivent de mettre un pharmacien agréé à votre disposition en cas de questions.
    Si la pharmacie n’offre aucun moyen d’entrer en contact avec un pharmacien agréé au sein de leur société celle-ci est probablement illégale.

CONCLUSION :
Pour vous « protéger », soyez simplement logiques : optez pour un partenaire disposant des autorisations officielles lui permettant d’opérer en Europe et votre pays cible.

Pharma : comment sélectionner ses mots clés ?

Comme pour toute niche, la clé du succès repose avant tout sur la sélection de vos mots clés. Mais vous allez le voir, la niche pharmaceutique a ses propres « caractéristiques » à assimiler pour éviter de se noyer face à une concurrence… pas forcément toujours « honnête »…

Le spam : une concurrence pas fair du tout…

La GROSSE problématique dans la niche pharma est l’omniprésence du spam, ou ranking black-hat. Et non, le Viagra n’est pas le seul médicament (et mot clé) touché. Une grande partie des mots clés génériques, entendez par là les mots clés qui génèrent le plus de traffic, sont squattés par des sites dont les stratégies de positionnement laissent plus qu’à désirer.

Cette forte présence de spammeurs est bien entendu liée au gros potentiel de monétisation de ces mots clés. Quand on sait ce que peut rapporter la vente de pilules minceur sur des mots clés comme « perdre du poids », « mincir vite » ou celle de boosters sexuels sur des requêtes comme « viagra », « cialis » ou « impuissance », on comprend mieux pourquoi les places en première pages des SERP valent si chères.

Au delà des KPI classiques d’analyse, il convient donc, dans cette niche, de s’attarder sur le profil de ses concurrents en première page de Google, et d’accepter que sur certains mots clés, à part en optant vous aussi pour des techniques de référencement black-hat, il y a très peu de chance pour que vous parveniez à ranker dans les mois qui viennent.

Une solution ? Attendre que ces sites black-hat finissent par tomber, mais cela ne semble pas être la priorité de Google pour l’instant (sur cette niche en tout cas). Bref, il va falloir trouver d’autres angles d’attaque.

Les mots clés génériques : du traffic, mais peu de conversions !

Bon, tout n’est pas non plus tout noir sur cette niche, et il existe encore de nombreux mots clés génériques (symptômes, noms de médicaments, etc) pas squattés par des sites black-hat et sur lesquels vous pourriez très bien vous positionner.

Mais comme pour toutes les niches, mot clé générique générant beaucoup de traffic ne veut pas forcément dire mot clé générant beaucoup d’argent ! En effet, mon expérience dans la niche pharma m’a appris que probablement 99% des requêtes génériques sont en réalité plus des requêtes informatives que des intentions d’achat.

Concrètement, ce n’est pas parce que vous rankez en première page sur le mot clé « crème beauté » que vous allez vendre un max de crèmes. J’ai déjà donné cet exemple plusieurs fois par le passé, il est possible de gagner le même montant (voire plus) avec un site générant 800 visites par mois qu’avec un site générant 15 000 visites sur la même période !

La clé ? Le degré de qualification de vos mots clés !

La solution : les mots clés très qualifiés

Oui, vous avez bien lu plus haut, il est possible de générer autant, et même plus de chiffre d’affaire avec un site à 800 visiteurs uniques par mois qu’un site générant plus de 15 000 visites mensuelles. Et si le panier moyen a bien entendu son rôle à jouer, la vraie clé du succès c’est de se focaliser sur des mots clés très qualifiés.

Et les mots clés les plus qualifiés selon moi ce sont ceux qui intègrent une volonté de passage à l’action. Des mots clés composés, des expressions en fait qui illustrent des intentions d’achat :

  • commander xxx
  • acheter xxx
  • prix xxx
  • xxx pas cher
  • où trouver xxx

Et quand vous rankez sur ce type de requêtes, pas besoin de générer 10 000 visites par mois pour générer du CA, car le taux de conversion est bien supérieur à n’importe quel autre mot clé.

C’est ainsi que l’un de mes sites générant entre 800 et 1 000 visiteurs par mois parvient à générer environ 1 000 euros par mois (soit 1€ par UV !) tandis qu’un autre qui est monté jusqu’à 15 000 UV (via des requêtes beaucoup plus génériques) plafonnait au même montant, c’est à dire au final 0,06€ par visiteurs !

Ou les mots clés tous neufs !

L’autre solution pour ranker (un peu) plus vite et potentiellement faire des gains très intéressant est de vous positionner sur des mots clés « neufs ». C’est aussi vrai dans d’autres niches où de nouveaux produits sont régulièrement lancés, mais c’est encore plus intéressant dans la niche pharmaceutique car en général les clients cherchent soit un symptôme soit directement le nom du produit permettant de soigner ceux-ci.

Et comme de nouveaux médicaments sont lancés régulièrement, il est « facile » de lancer un site informatif sur un tout nouveau produit et de prendre des positions « faciles » sur les keywords liés.

La seule limite à ce principe : certains médicaments qui font beaucoup parler d’eux finissent parfois par ne jamais passer les contrôles sanitaires français et européens et ne sont donc jamais légalement commercialisés sur le territoire. Mais bon, c’est un risque à prendre !

CONCLUSION :
Ne cherchez pas forcément à vous positionner sur des mots clés à fort volume, souvent très concurrentiels et qui ne convertissent pas forcément. Privilégiez des requêtes caractérisant une intention d’achat pour optimiser vos chances de conversion.

Choix du NDD : les choses à ne pas faire

Je l’avais expliqué dans un précédent article dédié à ce sujet, les EMD ont leurs atouts mais aussi leurs risques. Et dans la niche pharmaceutique, les risques sont encore plus nombreux qu’ailleurs, surtout si vous décidez d’inclure dans votre NDD le nom du produit que vous cherchez à vendre.

N’ayez pas l’air spammy

Si dans certaines niches les EMD peuvent êtres de gros atouts (notamment pour les niches locales), les dernières updates de Google vont plutôt dans le sens contraire, en pénalisant de plus en plus les NDD utilisant des expressions exactes.

Et si certains de mes sites montés il y a 2 ans ont joliment exploité l’attrait des EMD  (acheter-nom-du-produit, nom-du-produit-pas-cher, etc), ce n’est pas une stratégie que je recommanderais aujourd’hui si vous souhaitez vous positionner sur le long terme.

Vous observerez d’ailleurs que de plus en plus de sites black hat se montent avec des NDD complètement étrangers à la niche visée (noms et prénoms, copy cat de sites médias, etc). Volonté de ne pas attirer l’attention de Google avec un EMD ? Peut-être…

Ne risquez pas votre NDD 

L’autre raison pour laquelle je vous déconseille d’utiliser un EMD ou d’inclure le nom du produit ciblé dans votre URL est le risque de saisie de celui-ci. Cette mauvaise expérience m’est arrivée l’an dernier, lorsque l’un des laboratoires produisant un médicament que je propose sur l’un de mes sites a décidé que mon nom de domaine était une infraction à leur copyright…

Résultat, une demande de cession du NDD sous 15 jours ou une action en justice destinée à récupérer le NDD en question. J’ai bien essayé d’argumenter que je ne faisais que de l’information, et même de négocier un rachat à l’amiable, mais apparemment les 1 500 euros de frais de récupération (en cas de refus de cession du NDD) ne font pas peur à ces grosses pharmacies.

Ce cas ne s’est pas produit sur d’autres de mes EMD, mais il m’a laissé un goût amer et depuis j’évite d’inclure le nom des produits sur lesquels je souhaite ranker dans mes NDD.

Evitez les extensions en .fr

C’est un point de vu légal à nouveau, optez pour une extension autre que le .fr afin de ne pas « crier » que vous visez le marché français avec votre site, mais plutôt des pays parlant français. Une petite différence qui pourrait peser gros en cas de changement de loi dans le futur.

Optimisez vos chances (déjà minces) d’obtenir des liens 

Ce n’est pas une surprise, obtenir des liens dans la niche pharma est TRES difficile. Ajoutez à ça un EMD ou un NDD ayant l’air un peu spammy et vos chances d’obtenir des backlinks sont quasiment réduites à zéro…

Mon conseil principal pour optimiser vos chances est donc d’opter pour un nom de domaine que vous allez pouvoir brander. C’est à dire sur lequel pour allez pouvoir apposer votre identité, ou tout au moins mettre un semblant de personnalité pour qu’il ressemble plus à un site d’information officiel qu’à un simple blog comme il en existe des milliers.

Donnez une personnalité à votre NDD ET à votre site, vous le rendrez plus « aimable » lorsque vous travaillerez à l’obtention de liens !

CONCLUSION :
Ne « sur-optimisez » pas votre NDD pour éviter d’avoir l’air spammy ou risquer d’enfreindre des (fichus) copyright. Optez plutôt pour un NDD neutre, ou essayez de créer votre « marque ».

Contenu

Dans la niche pharmaceutique encore plus qu’ailleurs, il convient de proposer un contenu vraiment qualitatif à vos lecteurs. Compte tenu du grand nombre de sites black hat au contenu souvent plus que limite, il est facile (et important) de se démarquer en proposant un contenu unique et bien rédigé.

Pensez à proposer du contenu « objectif ». Oui nous sommes là pour vendre, et oui certains sites fonctionnent très bien en faisant une simple apologie (parfois totalement malhonnête) du produit, mais si on veut ranker dans la durée et pouvoir brander son site comme un site « honnête », alors autant la jouer franc jeu dès le début.

Quelques règles également au point de vu légal :

  • Les plateformes recommandent de ne PAS communiquer sur le marché Français. Vous avez le droit de viser les pays de langue francophone, mais évitez de directement vous adresser à des clients Français (en parlant de livraison en France, de statistiques françaises, etc…).
  • Bien entendu, évitez de vous faire passer pour un docteur ! Vous pouvez faire de l’information, donner votre avis, mais en aucun cas vous positionner en tant que docteur, ou personne donnant des conseils médicaux.
  • Ajoutez des mentions légales mettant en avant votre statut et excluant donc que les conseils ou informations fournies sur votre site soient celle d’un médecin ou autre professionnel du métier.
mentions légales

Exemple de mentions légales

Combien ça coûte de faire produire du contenu dans cette niche ?

Pas forcément plus cher que dans d’autres niches, mais soyons honnête, plus on s’attaque à des sujets « complexes » (et le domaine pharmaceutique n’est pas un domaine simple) plus il est difficile de trouver des rédacteurs disposant des compétences nécessaires pour rédiger des articles de haut niveau.

Pour mes premiers sites, j’avais par exemple opté pour une rédactrice à $10 des 1 000 mots. Cela suffisait pour des articles très basiques (présentation du produit, etc), mais le niveau avait du mal à augmenter quand il a fallu s’attaquer à des analyses plus poussées.

J’ai fini par tester plusieurs autres rédacteurs allant de $12 à $20. Aujourd’hui, je considère qu’un freelancer demandant $15 par tranche de 1 000 mots doit être capable de produire un contenu relativement costaud dans la niche pharmaceutique. $5 en plus que d’habitude mais qui sont largement rentabilisés vis à vis de mon objectif de proposer un contenu vraiment qualitatif à mes lecteurs.

Optimisez AUSSI votre contenu pour la conversion 

Certes il faut penser SEO, mais il ne faut pas oublier que la mise en forme de votre contenu peut impacter fortement votre taux de transformation. Pensez donc à agrémenter votre contenu texte de visuels ou éléments de « preuve » forts : témoignages, photos (avant/après par exemple), images du produit, schémas, etc…

CONCLUSION :
Pas de secret, pour ranker et convertir il faut proposer un contenu original et unique.
N’hésitez pas à payer un tout petit peu plus cher pour obtenir du contenu de qualité si vous décidez de sous-traiter et surtout, n’enfreignez pas les règles de base : on ne s’adresse PAS à la France et on ne se présente PAS comme un professionnel de la santé !

Linkbuilding

Bon, si la niche pharmaceutique a bien un GROS inconvénient par rapport à beaucoup d’autres, c’est la difficulté d’y obtenir des liens retours. Car n’est pas Doctissimo qui veut, et en général, les sites de niches pharma n’ont pas très bonne réputation auprès des autres sites disons plus… sérieux.

Ainsi, n’espérez pas pouvoir aller contacter des sites média ou de gros sites dédiés à la santé et obtenir des liens retours en claquant des doigts. Si j’ai par le passé réussi 1 ou 2 jolis coups, la plupart des liens glanés l’ont été par des stratégies un peu moins éclatantes.

J’avais partagé avec vous il y a quelques semaines un article dédié à l’obtention de liens quand on a un EMD, avec quelques bonnes pratiques pour optimiser vos chances de réussites, malgré le « mauvais départ ». Vous pouvez tout retrouver en détail dans cet article, mais voici un petit résumé avec quelques ajouts dédiés à la niche pharma :

  • Un contenu WOW : ce ne sont pas vos fiches produit (aussi longues et intéressantes soit-elles) qui donneront envie à un webmaster de faire un lien vers votre site, SAUF si son contenu parle justement de votre produit. Pour espérer obtenir des liens retours, vous allez donc devoir proposer quelques articles « WOW » sur votre site. C’est à dire du contenu vraiment impactant, le genre de contenu qui faire faire « WOW » à vos lecteurs.
  • Un pourcentage élevé d’articles « viraux » et « intéressants » : même idée. Si vous n’avez QUE des fiches produit, votre site va sentir le MFA (Made For Ads) à plein nez et ne donnera pas envie à un webmaster de lier vers vous. Proposez aussi du contenu « neutre ». Infographies, listes, conseils, etc…
  • L’ajout d’un thème personnalisé : ne faites pas comme la plupart des sites black hat, travaillez un minimum votre design pour montrer que vous ne faites pas que balancer du contenu sur un site sans vous y intéresser vraiment. Ca ne coûte pas grand chose de mettre un thème un peu joli sur votre site et au final cela peut donner confiance à vos interlocuteurs au moment de présenter votre site et de demander un lien.
  • La suppression (momentanée) des publicités : j’avais donné cette astuce à l’époque, elle vaut aussi dans la pharma. Un bon moyen de passer sous le radar peut être de contacter des webmasters lorsque votre site n’affiche pas encore de publicité pour enlever l’image « je cherche à faire de l’argent ». Personne n’est dupe, mais le fait que vous n’affichiez pas de publicités au moment de la démarche peut donner ce petit atout confiance important pour convaincre quelque de faire un lien vers vous.
  • L’ajout d’une page contact : pour devenir une « marque » ou en tout cas personnifier un site, rien de plus impactant qu’un logo, mais aussi d’une page contact ! Quelle marque / blogger ne dispose pas d’une page « Qui sommes nous ? » et d’un moyen d’être contacté ? Ne négligez pas l’importance de ces 2 pages (qui peuvent être regroupées en 1 pour les plus fainéants). En donnant un air humain à votre site vous augmenterez également considérablement vos chances de succès.
  • L’ajout de mentions légales : elles ne sont pas qu’importantes pour vous « protéger » vis à vis du contenu poussé sur votre site, elles sont aussi une preuve de votre implication dans votre site

Maintenant que votre site est « optimisé » pour l’obtention de liens, voici quelques stratégies qui peuvent vous aider à obtenir quelques liens retours intéressants pour votre site de niche pharmaceutique :

  • La création d’une infographie virale que vous pourrez proposer à des bloggers dans votre niche mais aussi pousser sur les réseaux sociaux.
  • La création d’articles viraux, que vous pourrez pousser sur le même principe. J’entends par ici des listes de choses à faire ou ne pas faire, des news impactantes, des sélections de produits à petit prix, etc… Laissez parler votre imagination ! Une bonne idée pour trouver ce genre de sujets est de jeter un oeil à Buzzsumo (payant en version complète malheureusement) qui permet d’identifier les sujets qui ont été le plus partagés dans n’importe quelle niche.
  • L’échange de liens : mais n’abusez pas de systèmes AB / BA, Google n’est pas fan de cette stratégie si trop utilisée.
  • Les réseaux sociaux : facebook, twitter, instagram, pinterest mais aussi youtube peuvent être des sources de liens faciles. Même si ces réseaux n’ont plus le poids d’antan quelques social prints valent toujours le coup d’être prises. Et le traffic généré par la publication de contenu sur ces réseaux pourrait s’avérer à elle seule un bon résultat.
  • Annuaires (propres), commentaires (sur des sites propres) et posts forums : on ne réinvente pas la roue ici, mais ces stratégies, quand appliquées intelligemment peuvent toujours êtes de bonnes sources de liens. N’en abusez pas, surtout des inscriptions annuaires, mais n’hésitez pas à aller chercher vos premiers liens de cette façon.
  • En me contactant ? Si vous avez un réseau de sites dans la niche pharmaceutique, nous pourrions trouver des solutions d’échange de liens bénéfiques pour tous 🙂 .

De manière générale, dans cette niche comme dans les autres, pour optimiser vos chances d’obtention de liens, vous devez être capables de formuler des offres qui ne peuvent être refusées en retour… Que ce soit avec une infographie, un article, un échange de lien ou autre, l’idée est de trouver une approche qui ne pourrait être refusée par votre interlocuteur.

Prenez le temps de visiter son site, de voir le type de contenu qu’il produit afin de mieux cerner son style, ses besoins potentiels, et attaquez avec une idée précise de ce que vous pouvez proposez en échange de ce lien tant convoité.

CONCLUSION :
La niche pharmaceutique est l’une des plus complexes pour obtenir des liens retours. Optimisez vos chances en donnant du cachet à votre site, et en apprenant à proposer le BON contenu à vos interlocuteurs lors de vos demandes de liens retours. Misez également sur le contenu viral pour les réseaux sociaux !

Optimiser ses revenus

Votre site est live, vous avez du contenu solide et avez même obtenu vos premiers liens retours grâce à quelques stratégies intelligentes d’outreach (ou autres), il est temps de penser à optimiser vos revenus. Le mot clé pour cette section ? TESTEZ ! 

Testez les différentes plateformes existantes (et légales)

Après la fermeture de HealthTrader, j’ai eu l’occasion de tester plusieurs partenaires, et jusqu’à présent, c’est bien Treated qui l’emporte haut la main. Mais rien n’est jamais acquis pour toujours, et la baisse de performance sur les derniers mois de mon ancien partenaire est là pour le prouver. Ce qui fonctionne aujourd’hui ne durera pas forcément toujours, et vous n’avez donc rien à perdre à toujours challenger l’existant !

Testez les différents outils de promotions mis à disposition par la plateforme 

Bannières, widgets, fiches produit, vidéos, landing pages… La plupart des plateformes mettent à la disposition de leurs affiliés de nombreux outils pour faire la promotion de leurs produits. Mais tous n’ont pas forcément les mêmes performances. En fonction de votre site, de votre audience, du produit, tout peut varier.

N’hésitez donc pas à tester une bannière puis une autre et à comparer par exemple le taux de clic ET la transformation qui suit pour valider laquelle vous devriez conserver sur votre site.

Testez les emplacements et le design de vos CTA (call to action)

Une bannière ou un widget en colonne de droite repositionné au sein de votre contenu pourrait multiplier par 2 ou 3 votre CTR par exemple. Ou l’inverse 🙂 . Mais vous ne le saurez qu’en testant !

Un bouton bleu pourrait également avoir un impact tout autre qu’un bouton rouge sur votre site. Un lien encadré pourrait faire exploser votre CTR par rapport à un simple lien HTML.

Dernièrement, j’ai ainsi obtenu une amélioration de 200% de mon CTR après avoir simplement modifié le design de l’un de mes call to action. Un AB test tout simple mis en place avec Optimizely (version de base gratuite !) et qui devrait se traduire par une augmentation intéressante de mon chiffre d’affaire sur ce site.

AB test optimizely

Ajouter des visuels à votre contenu

Redondant car déjà mentionné dans la partie contenu, mais le rôle des visuels dans du contenu est tellement important que ce n’est pas une perte de me répéter. Les visuels qui apportent le plus de valeur et permettent de convertir le mieux ?

  • Photos avant / après : surtout pour les produits ayant des effets visuels importants.
  • Photos produit : rien de mieux pour visualiser ce qu’on va acheter.
  • Graphiques / infographies : permettant de pousser des statistiques ou conseils clés avec un peu de style.

Dupliquez votre site dans différentes langues

Certes les niveaux de concurrence ne sont pas forcément partout les mêmes, et il n’est pas dit que parce que vous avez ranké en France vous rankerez en Allemagne ou en Espagne, mais si déjà vous disposez de tout le contenu et d’un site optimisé, pourquoi ne pas tenter votre chance sur un nouveau marché ?

L’avantage dans cette niche, c’est que le contenu peut être exactement le même (à quelques exceptions prêtes) et qu’il est donc très facile et rapide de lancer un site à l’identique en plusieurs langues. Mes tous premiers sites ont ainsi été traduits dans 2 autres langues depuis leur lancement, et les résultats sont relativement intéressants.

Bien que créer des liens soient encore plus difficile, la qualité du contenu produit m’a permis à elle seule de prendre quelques bonnes positions sur des marchés dont je ne parle même pas la langue !

Et comme Treated couvre plusieurs pays en Europe par exemple, c’est autant d’opportunités d’augmenter mon chiffre d’affaire à moindre coût et à moindre effort !

Au delà de tous les tests et améliorations possibles et imaginables que vous pouvez faire pour optimiser votre site (et je vous encourage à en faire autant que possible), il existe aussi quelques éléments très simples à analyser ou mettre en place qui peuvent permettre d’augmenter vos revenus avec un site déjà existant :

La durée des cookies et les options de géo-targetting

J’aurais peut être pu ajouté cela dans les critères de choix du partenaire, mais j’ai préféré insister sur la partie légale, critique à mon avis quand on se lance dans cette niche. Il n’empêche que la durée des cookies peut-être un ajout majeur dans le choix d’un partenaire vis à vis d’un autre.

La durée habituelle est d’environ 30 jours, Treated offre 90 jours. Une durée très intéressante et qui permet de récupérer certains clients repeat. Cela ne vaut pas encore les systèmes de commissions à vie sur les rachats offerts par quelques plateformes aux USA, mais qui sait, on y viendra peut-être un jour !

L’autre petit avantage mais qui peut rapporter gros c’est la validation que vos cookies soient bien valables quelle que soit la position géographique de votre visiteur. Par exemple, si un visiteur tombe sur votre site en Français mais dans un autre pays Européen couvert par votre plateforme, votre cookie doit pouvoir tracker l’utilisateur lorsqu’il se rend sur la version étrangère de la pharmacie (alors que vous l’avez renvoyé vers la version française).

tracking cookie healthtrader

Et croyez-moi, cela peut valoir son petit pesant d’or comme le prouve cet email reçu pour m’annoncer une vente réalisée en Suisse (je n’ai pas de site suisse) sur un produit que je ne propose sur aucun de mes sites. Merci les cookies !

Disclaimer : capture d’écran réalisée à l’époque de ma collaboration avec HealthTrader. Je n’ai pas pu vérifié encore si le système existe aussi sur Treated car la plateforme ne couvre pas encore autant de pays, mais ils s’ouvrent au fur et à mesure ! 

suivi vente cookie healthtrader

La compatibilité mobile des outils ET des sites de destination

Vous l’avez tous suivi, depuis le 21 avril Google accorde un peu plus encore d’importance à la compatibilité mobile de votre site dans la façon dont il génère son ranking sur les résultats mobiles. Si votre site est déjà optimisé, parfait. Mais avez-vous pensé au site vers lequel vous renvoyez vos visiteurs ? Est-il lui aussi responsive ?

La plupart des plateformes ont bien anticipé ce changement et proposent désormais des outils complètement responsive. Mais vérifiez tout de même que ce soit le cas car il serait dommage d’avoir un site optimisé et de ruiner vos chances de convertir en affichant des widgets non responsive par exemple ou en renvoyant votre traffic vers des sites non compatibles mobile !

Les niveaux de commission

Un affilié qui génère du chiffre d’affaire est un affilié qui a de la valeur pour toute plateforme d’affiliation. Et quand on gère un programme d’affiliation et qu’on a quelques affiliés qui sortent du lot, avec des niveaux de vente importants (ou en croissance constante), il convient de les choyer un minimum.

Il existe plusieurs stratégies pour un affiliate manager de fidéliser ses affiliés, mais l’une de mes favorites est l’instauration d’un système de niveaux de commissions. L’idée est simple, plus un affilié vend, plus vous augmentez ses commissions. Le tout fonctionnant par palier.

Chez Treated, il n’y a pour l’instant pas de niveaux, mais je sais de source sûre que c’est en cours… Hâte de voir ce que cela pourra donner ! Pour info, chez HealthTrader, cela ressemblait à cela :

schéma commissions HealthTrader

Les conditions d’attribution de chaque niveau de commission ne sont plus indiquées directement en backoffice, mais à l’époque où j’avais négocié mes propres augmentations de rémunération, les plateaux étaient les suivants, et je pense que Treated suivra le même modèle dans le futur :

  • 0 à 100 ventes : 13%
  • 100 à 200 ventes : 15%
  • 200+ ventes : 17%

N’ayez pas peur d’aller réclamer votre hausse de rémunération si celle-ci n’est pas appliquée directement par la plateforme avec laquelle vous travaillez. Et n’hésitez pas à en demander une si aucune n’est prévue par défaut dans la politique de rémunération des affiliés. Cela ne vous coûte rien, et pourrait vous rapporter plus, sans rien avoir à faire de votre côté 🙂 .

Les systèmes, limites et fréquences de paiement

Un aspect souvent négligé par les affiliés qui démarrent, mais les systèmes et fréquences de paiement peuvent avoir un impact considérable sur 1. votre cashflow et 2. le montant que vous touchez par rapport à celui que vous avez généré.

Imaginez par exemple que la plateforme avec laquelle vous travaillez décide de ne vous payer qu’à 30 ou 60 jours fin de mois (ce qui n’est pas si rare que ça…), cela veut dire que vous devez attendre 30 à 60 jours après chaque mois écoulé avant de toucher vos commissions. Certes, une fois « lancé », l’impact est faible, puisque vous touchez tous les mois de l’argent.

Il n’empêche que quand on démarre, il peut être plaisant d’être payé rapidement pour réinvestir dans la production de contenu par exemple. Renseignez-vous donc en amont pour éviter les mauvaises surprises.

Concernant les limites de paiement c’est la même chose. Certaines plateformes ne paient pas avant que vous atteigniez un certain montant de commission. Si cela est normal (difficile d’être rentable quand on paie une rémunération de 25 euros par exemple), mais il y a un juste milieu à trouver. Et une plateforme ne payant par exemple qu’à partir de 500 ou 1000 euros est à éviter si vous cherchez à toucher de l’argent « rapidement ».

Enfin, jetez un oeil aux options de paiement offertes par la plateforme à ses affiliés et aux coûts appliqués aux paiements. Plus la plateforme offre d’options, plus il sera facile pour vous d’être payé. Mais vérifiez aussi les frais appliqués aux paiements. Certaines plateformes appliquent ainsi des frais variables en fonction du mode de paiement choisi.

modes de paiement

Frustrant de se voir retirer jusqu’à 10€ de son chiffre d’affaire pour recevoir le fruit de son travail ! Privilégiez donc les plateformes faisant sauter ces frais. Inutile de préciser que Treated le fait ?

CONCLUSION :
AB testez en continu, et enrichissez vos articles d’outils qui apportent une vraie valeur en termes de conversion : images, témoignages, statistiques…
Ne sous estimez pas l’importance de petites choses telles que les conditions de paiement ou l’existence de systèmes de commissions évolutifs pour optimiser vos revenus à moindre effort.

Conclusions

Pour conclure ce long article, sans aucun doute le plus long jamais posté sur ce blog, voici ce que vous devez retenir si vous décidez de lancer un site dans la niche pharmaceutique :

Les avantages de la niche :

  • Des commissions très intéressantes (bien plus élevées que dans d’autres niches)
  • Des taux de conversions élevés (à condition de bien sélectionner ses mots clés)
  • Un volume important d’opportunités avec des produits lancés régulièrement sur cette niche
  • La possibilité de cibler de nombreux pays avec le même contenu (et le même partenaire)
  • Des plateformes souvent plus avancées technologiquement (tracking, outils de promotion) que dans d’autres niches

Les risques liés à cette niche :

  • Une concurrence féroce, parfois totalement black hat
  • Des conditions d’obtention de lien très difficiles
  • Un avenir en soit un peu incertain car basé sur des changements de loi futurs potentiels

Points clés pour réussir :

  • Travailler avec une plateforme légale !
  • Choisir un partenaire offrant des conditions de paiement et de gestion de cookies avantageux, des niveaux de commissions évolutifs, des outils de promotion riches et adaptés à vos besoins, des versions mobiles de ses outils et sites.
  • Un nom de domaine brandable (on évite les NDD spammy comme les EMD)
  • Un site personnalisé avec une page de contact, des mentions légales, etc…
  • Du contenu détaillé, bien rédigé et riche (images, vidéos, graphiques)
  • Une part de contenu viral pour aller chercher des liens retours
  • Une présence sur les réseaux sociaux (à vous de trouver le bon angle !)
  • Des tests en continu pour optimiser vos taux de conversion (bannières, call to action, etc)

Voilà, vous avez désormais toutes les clés en main pour créer un site à succès dans la niche pharmaceutique. Notez que pour ceux qui choisiront de créer leur site et de le monétiser avec Treated, vous pouvez me contacter par email (rubrique contact) si vous avez des questions ou souhaitez éclaircir certains points de cet article.

DECOUVREZ LES COMMISSIONS OFFERTES SUR TREATED

Pour les autres, n’hésitez pas à partager votre retour d’expérience dans cette niche avec Treated ou d’autres plateformes via les commentaires. A bientôt !

Click Here to Leave a Comment Below 40 comments