8

Sous-traitez. Gagnez du temps. Economisez de l’argent.

combien valez-vous ?Comme vous le savez, je travaille en ce moment sur la création de plusieurs ressources destinées à faciliter l’obtention de liens entrants de qualité pour mon projet public. J’en parle en détails dans cet article.

J’ai donc lancé cette semaine plusieurs choses, telles que la rédaction d’un article, et surtout la création d’une infographie que je compte utiliser de plusieurs manières. Dans les 2 cas, j’ai choisi de totalement sous traiter la production.

Pourquoi ? Comment ? A quel prix ? Pour quels bénéfices ? Je vous explique tout cela en détails.

3 scénarios qui me poussent à déléguer certaines de mes tâches

1. Je n’ai pas les compétences pour réaliser une tâche.

La principale raison pour laquelle je choisis de déléguer certains tâches liées à mon activité est que je n’ai pas le savoir-faire nécessaire. C’est notamment le cas pour cette infographie. Mes compétences en design sont bien trop limitées pour prétendre pouvoir réaliser seul ce travail.

Sous-traiter est donc une solution évidente, à partir du moment où j’ai validé que la création de cette infographie était un élément clé de ma stratégie de développement, et qu’il était donc vraiment important que je l’obtienne.

2. Je souhaite économiser mon temps pour le consacrer à quelque chose d’autre

La second raison est que sous-traiter permet de gagner du temps.

En déléguant la rédaction d’un article de 2 000 mots sur un sujet que je ne connais que vaguement, j’économise probablement 4 ou 5 heures (le temps qu’il me faudrait à moi pour effectuer les recherches nécessaires, rédiger l’article, le corriger, etc…). Un freelancer va selon toute vraisemblance réussir à effectuer le même travail en 2 ou 3h maximum. C’est sa spécialité, il est donc bien plus productif que moi.

Pour ce qui est de l’infographie, il est inutile d’estimer le nombre d’heures économisées puisque j’ai validé mon absence de compétences. On parlerait probablement d’une journée complète de travail à me dépatouiller avec Photoshop. Pas une option viable !

Apprendre à sous-traiter, c’est donc apprendre à économiser votre temps pour être capable de le passer sur les choses qui comptent. Que ce soit des actions critiques liées à votre projet ou tout simplement du temps pour vous et/ou vos proches, votre temps est précieux. Savoir l’économiser est une excellente qualité.

3. Je souhaite accomplir plus de choses dans le même laps de temps

Comme chaque journée ne dure que 24h, vous êtes naturellement limité dans ce que vous pouvez accomplir au cours de celle-ci. Sous-traiter est donc également un moyen de multiplier les forces en présence, et d’achever plus.

Au lieu de finir 2 articles par jour (à raison de 4h par article) mais que rien d’autre n’avance sur votre projet, vous pourriez en obtenir le double en laissant quelqu’un de plus compétent que vous effectuer ce travail, et passer ce temps à travailler sur des aspects que vous maîtrisez plus, où qui nécessitent absolument votre présence. Un gain de temps, de productivité, et nous allons le voir juste après… d’argent !

Comment je gagne de l’argent en sous-traitant ?

timeismoneyC’est une notion qui peut paraître compliquée à accepter, mais sous-traiter peut bien vous permettre de gagner de l’argent. Plus précisément, d’en économiser. Je vous démontre comment ci-dessous.

Avant de rentrer dans les détails, faisons un exercice. L’objectif est d’attribuer une valeur à 1h de chacune des activités ci-dessous.

Quelle serait la valeur selon-vous d’une heure à :

  • Faire du sport
  • Jouer avec vos enfants
  • Travailler sur un projet qui vous passionne
  • Prendre un verre avec des amis
  • Passer du temps avec votre copine, femme (ou autre statut)
  • Apprendre quelque chose de nouveau
  • Vous relaxer après une journée de travail ?

Je vous l’accorde, il est difficile de mettre un nombre sur chacune de ces activités. Mais ce n’est pas ce qui compte. L’important, c’est que nous savons tous que quelque soit l’activité, quand elle permet de passer du temps avec des gens qu’on aime, ou à faire quelque chose qui nous passionne, une heure de celle-ci a beaucoup de valeur. 

Maintenant que nous avons ça en tête, revenons à notre projet public. J’ai donc décidé de sous-traiter 2 choses : la rédaction d’un article et la création d’une infographie. Ci-dessous, j’ai détaillé « le coût » que représenterait chacun de ces travaux si 1) je le faisais moi-même 2) je le sous-traitais.

Cas 1 : je fais tout tout seul

  • Recherches pour l’article : 1h
  • Rédaction de l’article : 2h
  • Relecture et upload : 1/2h
  • Infographie : 8h (au moins)
  • Coût total : 11h30 de travail 

Cas 2 : je sous-traite

  • Recherches d’articles pour Karine (ma rédactrice) : 20 minutes
  • Recherches d’infographies pour Laarni (ma designer) : 20 minutes
  • Rédaction des « commandes » : 20 minutes
  • Relecture et upload / Intervention pour corriger l’infographie si besoin : 30 minutes
  • Sous-traitance de la rédaction de l’article : 25€
  • Sous-traitance de la production de l’infographie : 55€
  • Coût total : 1h30 de travail + 80€ (environ) de frais oDesk 

Qu’est ce qui vous semble le plus rentable ? Passer 11h30 de mon temps à faire quelque chose que je ne maîtrise pas (et donc qui ne va probablement pas m’apporter un réel sentiment de plaisir…) ou 1h30 et 80€ ?

Pour répondre de façon plus « mathématique », imaginons que j’estime que chaque heure que j’économise soit valorisée à disons… 20€. Ce qui me semble assez honnête car j’estime qu’une heure de mon temps avec des amis ou à faire quelque chose qui me plaît vraiment vaut bien plus que ça 🙂 .

Dans le cas 1, les 11h30 de travail représenteraient donc un coût total de 230€. Dans le cas 2, 1h30 de travail représenterait 30€ auxquels je dois additionner les 80€ que me coûtent les 2 freelancers. Coût total en sous-traitant : 110€.

Je vous repose la question : qu’est ce qui est le plus rentable ? Il est désormais plus clair qu’en valeur totale, il est moins coûteux pour moi de sous-traiter les 2 travaux. Et ce même si en valeur absolue, l’une va me coûter de l’argent, alors que l’autre m’aurait coûté du temps.

Comment sous-traiter et à qui : 7 « pro tips »

Sous-traiter une partie de votre travail ne veut pas dire vous en débarrasser totalement.

Dans le cas présent, j’ai choisi de travailler avec 2 personnes. La première, une française recrutée via oDesk, est chargée de produire le contenu texte (pour l’infographie et pour l’article). La seconde, Philippine, va s’occuper de designer l’infographie.

Si mon rôle s’avère limité, il n’en demeure pas moins que pour bien déléguer il faut quand même travailler un peu avant, pendant et après. Voici 6 règles pour optimiser vos chances de succès (comprenez ne pas perdre du temps, et de l’argent) :

1. Créez une description de projet la plus complète possible

Faites en sorte que vos intentions et vos objectifs soient aussi clairs que possible. Indiquez les qualifications souhaitées (par exemple, les compétences nécessaires que vous recherchez chez un freelancer), votre deadline, ajoutez des exemples, posez des questions et exigez des exemples ou un portfolio de la part de chacun des candidats.

Cela vous aidera à éliminer les candidatures plus tard et rendre le processus de test / recrutement plus rapide et plus « lisse ».

2. Invitez les meilleurs candidates

Après la création de chaque « job offer », oDesk vous permet d’inviter une sélection de freelancers. Si certains d’entre eux postuleront peut-être naturellement à votre annonce, il y a fort à parier que la majorité d’en découvrira jamais l’existence, parmi les milliers d’annonces postées chaque jour.

N’hésitez donc pas, si vous trouvez un profil intéressant, à faire la démarche vous-même.

inviter les candidats

3. Filtrez les candidatures

Si vous avez bien suivi le premier conseil, vous ne devriez pas avoir de souci à faire un premier tri rapide des candidatures. Notez que sur oDesk, un tri automatique est même effectué en fonction des compétences que vous avez cochées, mais aussi des contraintes imposées telles que le nombre d’heures, le nombre d’étoiles, etc…

Vous pouvez toujours consulter la liste de tous les candidats, mais oDesk vous mâche un peu le travail.

recommandations odesk

Pour mes projets, je ne travaille en général qu’avec un freelancer noté 5 étoiles, avec au minimum 500 heures logguées, et bien entendu un taux horaire en accord avec mon budget.

filtrez les candidats

Une fois que j’ai en ma possession plusieurs candidatures, je fais passer un « entretien » à ceux qui semblent correspondre à mes attentes. Tout se passe sur oDesk, via un échange d’emails. J’en profite pour poser quelques questions sur l’expérience du freelancer, sa vision de mon projet, vérifier sa disponibilité immédiate, valider un budget, etc…

4. Testez avant de déployer

Vous ne voulez pas assigner une énorme projet à une personne que vous connaissez à peine et que cela se termine par un échec. Rappelez-vous : même si un candidat semble très bon sur le papier,  cela ne signifie pas nécessairement que tout va se passer parfaitement.

En commençant par une petite tâche ou une semaine d’essai vous vous donnez le temps de valider votre « compatibilité », la qualité du travail, mais aussi d’ajuster les éventuels éléments permettant d’optimiser votre collaboration.

N’hésitez pas donc pas à « tester » le freelancer. C’est ce que j’ai fait avec Karine (ma rédactrice) avant qu’elle ne se lance dans la production des premiers articles sur www.pourmonchien.fr. Un article de 500 mots (rémunéré bien entendu), puis un second de 1 000 mots sur un sujet différent avant de passer ma commande.

Une fois le test reçu, n’hésitez pas à émettre vos critiques (constructives) et à recadrer certains points si besoin. Montrez au freelancer sur vous êtes attentif aux petits détails, cela ne le poussera qu’à faire encore plus attention.

test freelancer odesk

Il n’y a pas de risque zéro, mais en prenant le temps de sélectionner vos prestataires, de consulter leur profil, et de discuter avec eux en amont + de les soumettre à un test, vous diminuez clairement le risque de déception !

5. Communiquez. Encore et encore.

Sauf si vous embauchez quelqu’un à plein temps, vous devez prendre conscience que votre freelancer gère probablement plusieurs projets en même temps au moment où il accepte votre offre. La seule différence entre le vôtre et celui des autres, c’est vous.

En communiquant avec votre prestataire, en lui montrant que vous êtes présent, attentif à son travail, mais aussi disponible en cas de besoin, vous allez contribuer à la création d’une relation plus poussée que celle de client / freelancer. Et ne vous y méprenez pas, cela peut grandement influencer la façon dont votre prestataire va gérer votre travail !

6. Construisez une relation de travail long-terme

Votre projet s’est bien passé. Vous vous êtes mutuellement « apprivoisés » et tout le monde est content. Pourquoi ne pas renouveler l’opération ? Si vos besoins sont réguliers, vous avez tout intérêt à poursuivre votre collaboration (si elle s’est bien passée bien entendu) plutôt que de tout redémarrer de zéro avec un autre prestataire.

Vous en sortirez tout les 2 gagnants. Vous car vous économiserez du temps et de l’énergie à l’avenir, tout en réduisant les risques, et votre freelancer car il gagne un client régulier, et donc une source de revenu qui va avec.

Que puis-je sous-traiter ?

Quasiment tout…

J’ai d’abord pensé à lister tous les jobs que je pouvais trouver sur oDesk, puis je me suis rendu compte que quelqu’un l’avait déjà fait (la liste est en anglais). Je vous laisse y jeter un oeil si vous avez besoin d’idées !

Où trouver des Freelancers ?

Si j’utilise personnellement uniquement oDesk, il existe plusieurs plateformes de recrutement de Freelancers. En voici une liste non exhaustive :

Combien ça coûte de sous-traiter ?

Cette question est à la fois vague et extrêmement difficile car avec l’internationalisation des relations, il est désormais possible de tout trouver à tous les prix… Pour ne pas m’aventurer sur un terrain glissant, je vais donc me contenter de répondre à partir des projets que j’ai déjà eu l’occasion de gérer de cette façon.

Rédaction d’articles :

La majorité des articles rédigés sur mes sites de niche le sont par des freelancer. Sur mes sites en Français, je paie entre $10 et $20 par article de 1 000 mots. Le prix varie en fonction de la complexité du sujet. Sur mes niches médicales, il n’est pas rare que je paie proche de $20. Pour le site de notre projet public, je paie $10 de l’article. Sur des sites en Anglais, il est plus facile de trouver de bons freelancers à $6 ou $7.

Vous pouvez trouver encore moins cher, mais par expérience, moins c’est cher, moins c’est bon ! L’inverse n’est pas forcément vrai, mais de manière générale, je déconseille d’opter pour un rédacteur vous proposant ses services à un prix vraiment dérisoire. C’est souvent le cas de freelancer dont le français n’est pas la première langue. Résultat, un article vraiment pas cher, mais vous êtes bons pour repasser derrière !

Infographies :

Sur ce projet, j’ai choisi de travailler avec un budget ($80) plutôt qu’un taux horaire. J’ai reçu de nombreuses offres allant de $45 à $200. Parce que je connais Laarni (la designer choisie), j’ai obtenu un bon prix à $65. Mais pour une infographie comme celle que j’attends, un budget honnête serait probablement autour de $80 (le budget que je m’étais fixé).

Transcription :

Dans le cadre de mon dernier podcast, j’ai choisi de sous-traiter sur oDesk la retranscription par écrit de l’interview audio. Ici aussi, il y en a pour tous les goûts. Pour un fichier audio de 52 minutes, je me suis vu proposer des tarifs allant de $15 à $80.

Etant donné que c’était ma première expérience sur ce type de tâche, j’ai opté pour le moins cher afin de « tester » le terrain. Et ai donc payé $15 pour obtenir un fichier texte de mon interview. Le résultat n’est pas parfait, j’ai noté plusieurs mots manquants, ou expressions non exactes.

Pour la prochaine fois, j’opterai probablement pour un prestataire autour de $30 ou $40 en espérant que ce soit plus propre.

Traduction Anglais – Français :

Les tarifs de traduction Anglais – Français sont assez proches de ceux de la rédaction d’un article en Français : $10 à $20. Principalement car la nécessité de parler le Français fait grimper le prix. J’ai opté pour un traducteur à $15 de l’heure, à environ 1 000 mots par heure.

Dans le cadre de ce type de projets, veillez à valider le nombre de mots qui peuvent être traduits à l’heure. Ne vous laissez pas avoir par un traducteur vous proposant un prix attractif, mais qui au final vous facturerait 2 ou 3 fois plus d’heures de travail qu’un autre.

Lancez-vous !

Alors qu’en pensez-vous ? Prêt à reconsidérer votre façon de travailler ? Partagez vos expériences sur le sujet en commentaires et n’hésitez pas à y laisser vos questions également, j’y répondrai avec plaisir. A bientôt !

Click Here to Leave a Comment Below 8 comments