7

Kevin, tu fais quoi dans la vie ?

tu fais quoi dans la vie ?Bienvenue sur KJourdan.com.

Commençons par les présentations. Moi, c’est Kévin, 25 ans au moment où je démarre ce site, habitant aux Philippines et « sans emploi » depuis environ 5 mois, date de ma dernière démission.

Sans emploi ? Pas vraiment en réalité. J’ai lancé en Janvier 2014 une société, basée à Hong Kong (on verra peut être plus tard pour expliquer pourquoi là bas et pas en France par exemple), qui me sert d’entité pour la gestion de mes différents projets.

Alors pourquoi dire sans emploi ? Mise en situation (cas réel !). J’assiste il y a peu au baptême du fils d’un de mes meilleurs amis. Belle cérémonie, apéro, et déjeuner. Je me retrouve assis à côté de membres de la famille de la maman, et la discussion s’engage. Au bout d’un moment, la question inévitable : « Tu fais quoi dans la vie ?« .

Retranscription (assez proche) du dialogue qui suit :

– « Tu fais quoi dans la vie ? »
– « J’ai monté ma société »
– « Ah génial, société de quoi ? »
– « Principalement Affiliate Marketing »
– « C’est quoi ? »
– « Je monte des sites internet et les monétise par la vente de produits en tant qu’affilié ».
– « Donc tu es développeur ? »
– « Non, je ne développe pas, j’utilise principalement WordPress, un outil clé en main de création de sites »
– « Ok mais alors tu fais quoi concrètement sur tes sites ? »
– « Le plus gros de mon travail consiste à identifier une niche, sourcer les produits, établir un partenariat d’affiliation, puis produire le contenu pour ranker le site sur Google »
– « Tu écris toi même ? »
– « Non. J’ai commencé en rédigeant moi-même mes premiers articles, pour apprendre, mais j’ai rapidement décider de sous-traiter la rédaction à des freelancers, plus rapides, et plus doués que moi dans cet exercice. »
– « Et les produits tu gères tout toi même ? »
– « Non. C’est la magie de l’affiliation. Je travaille avec des partenaires (les annonceurs), vers qui je redirige mon trafic. Je touche une commission sur chaque vente réalisée, sans avoir à gérer les histoires de stock, les retours marchandises éventuels, le suivi client… Tout est à la charge du « vendeur ». Mon seul rôle est de faire en sorte de bien ranker le site sur Google ».
– « C’est difficile ça ? Faut être un expert en SEO ! »
– « Oui et non. Il est difficile de ranker sur certains mots clés très concurrentiels (Viagra, Assurance, Crédit, etc…). Je me concentre donc sur des niches, via l’identification de mots clés moins concurrentiels, plus facile à prendre. Et concernant les techniques de SEO, oui il est possible d’en mettre beaucoup en oeuvre, mais en réalité, avec les dernières évolutions de l’algorithme de Google, on se dirige de plus en plus vers une disparition du SEO en tant que tel. Il suffit d’écrire du contenu de qualité, du contenu qui répond aux attentes de mes lecteurs, et tôt ou tard, Google le poussera en première page dans sa recherche de contenu premium. »
– « En fait tu es en train de me dire que tout le monde pourrait faire ce que tu fais… ?« 

S’en suit un éclat de rire et une remarque de mon autre voisine de table répondant que je présente très certainement cela de façon très humble. Encore quelques échanges et nous passons à autre chose. Cependant, je vois dans les yeux de mon interlocuteur que j’ai difficilement répondu à la question de base qui était « Kévin, tu fais quoi tu dans la vie ? ».

Alors le but de ce premier article, c’est d’essayer de répondre à cette question inévitable dès lors que vous rencontrez quelqu’un de nouveau, tout en vous présentant qui je suis, et quel est l’objectif de ce site.

Un peu de background… Je l’ai mentionné dans l’introduction, je m’appelle Kévin, originaire de Mulhouse en Alsace, 25 ans pour encore quelques jours, et je vis aux Philippines depuis plus de 4 ans. Pourquoi les Philippines, c’est une longue histoire. Mais la version courte dira que c’était une belle opportunité pour effectuer mon stage de fin d’année d’école de commerce (MIM, située à Strasbourg). 6 mois d’immersion professionnelle à l’étranger, dans une start-up dont 100% du business se fait online, à priori c’était le choix idéal pour lancer une carrière sur Internet !

Départ en Avril 2010, et après 6 mois de stage, la consécration est l’offre d’embauche que je reçois, et qui va m’amener, au cours des 3 années qui suivront à grimper les étages dans la société, à toucher à quasiment tous les aspects du web-marketing, et surtout à finir responsable, entre autres, du pôle affiliation à l’international. Le voilà le début dans l’affiliation.

3 ans et demi au sein de cette société, de nombreux changements et des envies d’ailleurs me poussent à démissionner en Septembre 2013 pour prendre un poste similaire dans une boîte de casino en ligne. A ce moment là, gros dilemme… J’ai lancé il y a 3-4 mois mes premiers sites en tant qu’affilié. Parti de zéro, c’est en échangeant avec des amis déjà dans le domaine, et en lisant plusieurs blogs (dont le très bon, et que je recommande NichePursuits.com de Spencer Hawks) que j’ai décidé de lancer un 1er, puis un 2nd site, « pour voir ». Ceux-ci ont connu une croissance régulière, jusqu’à atteindre, au moment de ma 1ere démission, l’équivalent de 50% de mon revenu en tant que salarié.

Quelques journées de réflexion plus tard et 2 ou 3 coups de panique à me demander qu’est ce qu’il se passerait si je refusais le job (dans le casino) et que mes sites se plantaient, ou même ne se développaient pas assez pour me permettre de retrouver un salaire « complet », je décide d’accepter l’offre. Le salaire n’est pas tellement plus élevé que le précédent, mais le domaine m’intéresse, la boîte a l’air extrêmement dynamique, et je jouis (à première vue) d’une liberté d’action pour monter ma propre équipe assez large. Tant pis pour les rêves d’auto-entrepreneuriat, je choisis la solution la plus sûre (à première vue !).

6 mois après, la situation a changé. Le job ne me plaît pas tant que ça, les promesses n’ont pas forcément toutes été tenues, et malgré mon attachement au projet et à certains membres de l’équipe, je me retrouve à nouveau face au dilemme de la démission et les risques liés. Cependant, cette fois, j’ai moins de craintes au plan financier, car désormais 1 an quasiment après leur lancement, mes 2 sites principaux génèrent chaque mois l’équivalent de mon salaire en tant que salarié. Et après plusieurs années à gérer des affiliés et à leur envoyer des chèques parfois 10 ou 20 fois supérieurs à mon salaire, j’ai plutôt confiance dans le modèle.

Le calcul est finalement assez rapide : 40h+ pour XX€, ou 0h (on nuancera plus tard) pour XX€ + un potentiel de croissance important et quelques risques… Vous feriez quoi ? Effectivement, je fais la même chose, et je démissionne, pour la 2ème fois en 6 mois.

Désormais, je suis face à moi même. Plus d’obligations, un revenu plus ou moins passif (j’en parlerai dans un autre article), et des rêves plein la tête. C’est à partir de ce jour que je dois commencer à trouver un « nom », ou tout au moins une façon d’expliquer ce que je fais dans la vie. CEO ? Trop pompeux. Et puis CEO de quoi toute façon ? Va falloir que j’explique ce que fait ma boîte. Affiliate Marketer ? Yes, si mon interlocuteur s’y connait un peu, c’est bingo. Sinon… Co-fondateur de LaunchFeed peut-être ? Ah oui, je ne vous en ai pas encore parlé de ce projet là… Bon, on verra plus tard.

Alors après y avoir réfléchi, avoir pas mal discuté avec des amis (un en particulier se reconnaîtra), j’ai décidé de lancer ce site. Pour y parler un peu de moi, beaucoup de ce qui me passionne (affiliation, SEO, web-marketing en général) et d’en profiter pour y partager des pensées, des expériences, des astuces sur ce que je vis au quotidien.

Et puis comme ça, la prochaine fois qu’on me demandera ce que je fais dans la vie, je pourrai répondre « Va lire mon site, KJourdan.com ! ».

Click Here to Leave a Comment Below 7 comments